chat timide bilan
Histoire de catlover

Vivre avec un chat timide – bilan des 6 mois

Un article beaucoup plus personnel aujourd’hui. Mon bilan des 6 mois avec un chat timide.

Le 15 septembre 2018, j’ai adopté Dingaan auprès de l’association l’Etoile Féline (91). Un chat traumatisé par des expériences passées avec les humains et donc très très TRÈS timide. Aujourd’hui, 15 mars 2019, je reviens sur cette période de cohabitation.

Si vous avez vous aussi un chat timide ou que vous hésitez à en adopter un, il est possible que vous trouviez cet article instructif 😉

Vous vous sentez dépassé(e) par le comportement de votre chat ?
Il vous arrive de douter, d’angoisser quant au bonheur de votre chat
chez vous ?
De vous inquiéter de l’amour de votre chat pour vous ?
Vous avez peur de tout faire de travers et de ne pas apporter à votre chat
ce dont il a vraiment besoin ?

C’est par ici !

Les raisons de l’adoption

Mi-août 2018, j’emménage dans un nouvel appartement avec Fauve, ma diablotine de 15 mois, ramenée d’Irlande si vous avez suivi ma présentation. Ayant vécu toute sa vie avec d’autres chats car née sauvage, elle adore le contact avec ses congénères et je culpabilisais un peu de la laisser seule car je suis absente une grande partie de la journée.

Mais grande amoureuse des chats, je voulais aussi apporter une vie meilleure à un chat qui n’avait pas eu de chance. On ne répètera jamais assez donc j’en remets une couche : adopter un animal est une décision responsable et à prendre après réflexion. Il ne doit jamais s’agir d’un coup de tête, pour faire un cadeau à ses enfants ou, dans le cas d’un deuxième chat, « parce que mon chat s’ennuie »… Il est très important de prendre en compte toutes les données nécessaires, de vous assurer que vous avez les moyens financiers, matériels et physiques pour l’accueillir, vous en occuper au mieux. Son bien-être et son équilibre en dépendent. Donc on réfléchit 😉

Cette étape de réflexion passée, j’ai donc cherché mon futur bébé. J’ai hésité longtemps vers quel profil m’orienter, au départ un chaton pour qu’il s’entende avec Fauve. Puis je me suis dit que ce serait dommage, avec mon expérience des chats en Irlande et dans les refuges en France, de ne pas donner sa chance à un chat qui en avait plus besoin. Je suis également très sensible aux chats craintifs, timides, qui m’attirent et éveillent mon côté « mère Thérésa des chats » 😉 Je me suis donc orientée vers un chat très timide, croyant naïvement que « j’en avais vu d’autres ».

Choisir son chat

J’ai choisi l’association L’Etoile Féline (91) qui fonctionne avec un réseau de familles d’accueil bénévoles. Ils sont très proches de leurs pensionnaires, s’en occupent comme de leurs chats. J’ai vraiment aimé leur approche respectueuse du félin et leur attention précautionneuse à leur trouver une famille qui les mérite.

J’avais craqué sur le profil de deux mini-fauves timides tous les deux. Je les ai rencontrés et j’ai finalement choisi Dingaan, un jeune chat noir et blanc de 11 mois à l’époque. Récupéré à l’âge de quatre mois sur un rond-point avec un autre chat adopté depuis, il avait vécu une première adoption ratée avec des gens qui ne le méritaient pas. Nul ne saura jamais ce qui s’est passé durant les quelques jours où il est resté là-bas. Toujours est-il qu’il est revenu traumatisé dans sa famille d’accueil et n’a plus jamais été le même chat.

chat timide bilan

J’ai rencontré un chat très stressé, qui rasait les murs et se cachait le plus possible dans les coins pour qu’on l’oublie. Une scène qui m’a bouleversée. J’ai eu envie de l’aider, de lui apporter une vie meilleure et lui montrer que certains humains en valent la peine.

Pour que ma demande d’adoption soit validée par l’association, j’ai complété une fiche de candidature « futur adoptant » et fourni des photos des aménagements de mon appartement. Ces étapes permettent d’assurer à l’Etoile Féline que le chat sera bien accueilli et que la personne saura s’en occuper. Certains pourraient trouver cela embêtant et intrusif. Néanmoins, il ne faut pas oublier que les félins recueillis ont déjà subi un abandon ou vécu dehors. Ils méritent une stabilité et une sécurité dans leur nouvelle maison. J’ai beaucoup apprécié ce soin porté aux adoptions.

Une fois ma demande acceptée, la famille d’accueil et moi avons décidé d’une adoption pour le 15 septembre. Une nouvelle aventure allait bientôt commencer pour Dingaan, Fauve et moi.

15 septembre 2018, Dingaan arrive dans sa nouvelle maison

Ce jour-là, je vais chercher mon nouveau bébé. Planqué dans un coin de l’appartement, Dingaan me guette avec appréhension. Nous remplissons les papiers d’adoption, discutons de son alimentation et je récolte quelques conseils. Je règle également les frais d’adoption. Ces frais permettent à l’association de continuer son travail et constituent la prise en charge des frais du félin adopté (vaccination, castration, puçage, vermifugation…). Pour les curieux, j’ai payé 160€. Une somme tout à fait correcte et largement méritée pour l’association.

Puis vient le moment des au revoir, la famille d’accueil était très émue de laisser partir Dingaan après ces mois de vie ensemble et ces moments traversés. Mais ayant été moi-même famille d’accueil, je sais qu’on est aussi heureux de voir le chat partir pour une vie meilleure. On sait également que sa place dans la famille sera bientôt prise par un autre chat qui a besoin de chaleur, d’amour et d’attention.

Durant tout le trajet pour retourner chez moi, le pauvre chat reste blotti au fond de la caisse de transport, ne croise pas mon regard et cache sa tête pour se rassurer. Il se fait accueillir par des crachouillis de la part de Fauve et se fait tout petit durant le reste de la soirée. Il ne sort pas de la caisse, ne mange pas, se retient d’aller à la litière, si seulement on pouvait l’oublier !

chat timide bilan

Je le laisse tranquille, au calme, je vaque à mes occupations normalement. Fauve le surveille, lui crache dessus en passant devant la caisse de transport (il n’avait toujours pas bougé !), elle lui grogne aussi dessus. Quand je m’approche de temps en temps pour le caresser, il cache sa tête et tremble, pauvre bébé.

Entre doutes et remises en question, des premiers jours difficiles

J’avais posé deux jours de vacances pour accueillir mon protégé, il faut savoir se rendre disponible dans un moment comme ça. Le lendemain de son adoption, il reste caché sous mon meuble télé, ne mange pas, ne boit pas, ne va pas à la litière. Il tremble quand j’approche ma main et Fauve lui crache dessus. Je n’interviens pas, elle finit pas faire sa vie tout en toisant le nouveau venu qui ne bouge pas beaucoup.

Après une journée entière ankylosé sous mon meuble télé, surprise ! Je le vois enfin sortir, se lécher, manger deux croquettes puis raser les murs pour explorer l’appartement. Un vrai progrès, j’étais ravie !

Quelques jours passent, il est très tendu, très stressé, me fuit dès que je m’approche, me crache parfois dessus. Au début je reste sereine et confiante puis viennent les doutes. On n’est jamais préparé à notre réaction face à un évènement inconnu. Même si j’avais côtoyé énormément de chats, la plupart très timides, même sauvages, féraux, je le ressentais différemment cette fois. Dingaan était mon chat, j’avais choisi de l’adopter, nous allions partager de nombreuses années de notre vie ensemble. Je suis humaine, je suis sensible, j’ai paniqué. Et si nous n’y arrivions pas, si j’avais commis une erreur, s’il ne s’entendait jamais avec Fauve ?

Je savais qu’il était impossible pour moi de renoncer et de le ramener à l’association. Je leur ai donc fait part de mes doutes, de mes interrogations et ils ont été vraiment géniaux. J’ai reçu un très long mail de conseils, qui m’ont rassurée et reboostée. Exactement ce dont j’avais besoin.

Lentement mais sûrement, Dingaan se dévoile

Après ce moment déstabilisant, je sais que Dingaan doit s’adapter à sa nouvelle vie mais c’est aussi le cas pour Fauve et pour moi. Lorsqu’on adopte un animal, comme lorsqu’une personne entre dans sa vie, on doit l’apprivoiser, apprendre à vivre avec elle. C’est un travail de chaque jour et une leçon qui change vraiment notre façon de voir les choses.

J’apprends à respecter mon chat, je lui montre qu’il est en sécurité, je ne le force pas, l’aide doucement à me faire confiance. J’apprends à le connaître, à l’apprécier, puis à l’aimer. Je fais attention à ne pas prendre personnellement ses fuites et ses rejets. De même, je n’interviens pas quand Fauve et lui règlent leurs comptes, je les laisse gérer.

chat timide bilan

J’essaie de jouer avec lui, il est jeune, il se laisse prendre au jeu. Il est très gourmand aussi, je l’observe se rapprocher et s’enhardir quand la nourriture l’appelle.

Chaque jour est une victoire et je suis si fière quand je remarque une situation dans laquelle il a progressé. Petit à petit, je le vois interagir avec son environnement, m’observer et comprendre que je ne lui veux pas de mal. Comprendre qu’il est là pour rester et que je ne vais pas l’abandonner.

Il commence à accepter quelques caresses mais uniquement quand il veut. A se détendre quand je suis près de lui, même s’il ne vient pas sur le canapé quand j’y suis, qu’il s’en va quand je passe trop près ou qu’il accélère le pas quand il se sent en insécurité.

Le soir du 23 décembre, il nous rejoint pour la première fois dans le lit.Il s’installe sur le bord au bout, puis s’étale à mesure que les jours passent. Parfois je le sens se blottir dans mon dos. Il monte sur le lit le matin pour jouer avec le cordon qui charge mon téléphone et pose même ses pattes sur mes genoux. Il sait réclamer sa séance de câlins, tant qu’il sait qu’il contrôle la situation, que personne ne le forcera ou ne le contraindra jamais.

Un équilibre fragile malgré tout

Malgré ces progrès, fin janvier vient le moment de ses rappels de vaccins. Je réussis à l’attraper, le met dans sa caisse de transport et nous voilà partis. Mon pauvre bébé est en stress total, pupilles dilatées, oreilles couchées, mais que se passe-t-il ? Est-ce qu’elle m’abandonne alors que je me méfiais moins ?

Après la visite, nous revenons de chez le vétérinaire. Gros câlin avec Fauve, ravie de retrouver son copain de bagarre préféré et pleins de clignements d’yeux pour moi. Traduction de « merci maman de m’avoir ramené » ? On peut y croire 😉

chat timide bilan
N’est-ce pas adorable ? 🙂

Mais voilà, Dingaan a de la gingivite, la vétérinaire m’a prescrit des antibiotiques. J’essaie toutes les techniques pour lui donner, le bougre est malin, rien à faire. J’ai même essayé de l’attraper pour le lui faire avaler. Idée stupide, j’en suis ressortie avec un moment de panique totale pour lui, une main bien griffée et un doigt mordu pour moi.

Suite à cela, il s’est méfié de nouveau, a eu plus tendance à me fuir de peur que j’essaie de nouveau de lui faire avaler ce maudit truc ! Mais j’avais moi aussi progressé. Je ne me suis pas découragée et j’ai fait des efforts. Je l’ai laissé se remettre de ses émotions et revenir vers moi.

Cette étape a duré moins longtemps que la première. Il sait que je suis là pour lui, qu’il est en sécurité, qu’il est nourri et qu’on s’occupe de lui. Il sait aussi que je le respecte, je ne le force pas. Et je pense que cela fait toute la différence.

Bilan des 6 mois

Après ces 6 mois de cohabitation, je suis fière de voir tous les progrès qu’il a accomplis et de voir le merveileux chat qu’il est en train de devenir. Je ne sais pas s’il sera un jour suffisamment confiant pour s’installer sur mes genoux ou même pour ronronner mais j’y crois et je laisse l’avenir nous apporter cette réponse.

Chaque chat est unique. J’ai une relation très différente avec Fauve qu’avec Dingaan mais je ne me vois plus vivre sans eux. J’ai appris beaucoup avec chacun d’eux. Et si, avec Fauve cela a été un coup de foudre immédiat, avec Dingaan j’ai appris la patience, la remise en question, l’abnégation et une confiance inébranlable.

Quand on adopte un chat, on souhaite égoïstement qu’il soit câlin, affectueux, qu’il nous apporte le réconfort dont on a parfois besoin. Mais et si on se mettait à sa place ? Et si on cherchait surtout à le rendre heureux et à lui permettre d’être bien dans ses pattes et dans sa tête ? Si on le respectait pleinement en tant que chat plutôt qu’en tant que notre compagnon doux et mignon ?

chat timide bilan
Chat fou 😉

Adopter un chat timide c’est avoir chez soi un mini-fauve à apprivoiser avec une confiance parfois difficile à gagner. C’est persévérer, se remettre en question à chaque instant, ne pas abandonner. C’est être patient, accepter les rejets, l’échec et l’absence de progrès parfois. Mais quelque soit le temps que cela prend, personne ne peut connaître le sentiment de fierté incroyable qu’on ressent en repensant à « l’avant » et en se disant qu’on a contribué à cette amélioration.

On ne peut pas aider tout le monde. On ne pourra jamais sauver tous les chats du monde même si on le voudrait. Mais en adoptant des chats timides, craintifs, en leur donnant leur chance, on contribue à cette cause. On met fin à des mois, des années d’attente dans un refuge, une famille d’accueil ou parfois même dehors. Parce que rien ne remplacera jamais la chaleur et l’amour d’une famille. En adoptant un chat timide, on fait une très belle action. Et une chose est sûre, pour ce chat, c’est toute sa vie qui change.

Alors oui, je sais que ce n’est pas facile, vous l’avez d’ailleurs lu dans cet article. Vous avez vu que, même pour moi qui commence à connaître les chats, j’ai là affaire à un beau défi. Mais c’est un défi qui en vaut largement la peine, qui vaut tous les efforts nécessaires.

Si c’est votre premier chat, je ne vous conseille pas forcément un féral, un timide. Familiarisez-vous avec les félins dans un premier temps. Mais si vous avez envie de tenter l’aventure, que vous êtes patient et que vous voulez aider un chat que le reste du monde ne remarque pas forcément, je peux vous garantir que vous ne le regretterez pas ! 🙂

Je referme cette page de ma vie, j’espère que ce récit vous a plu. N’hésitez pas à me donner vos impressions ci-dessous dans la partie commentaires. Et si vous avez besoin d’aide ou de conseils personnalisés pour une future adoption d’un chat timide, ou pour vous aider à mieux vivre cette cohabitation, aider votre chat (et vous !) à s’adapter, contactez-moi 🙂 J’ai aussi appris qu’il ne faut pas rester seul avec ses doutes. Cela vaut pour tout mais, sur ce point, je peux vous aider 😉

Vous vous sentez dépassé par le comportement de votre chat
qui vous semble anormal…
Et vous souhaiteriez résoudre le problème.


Il vous arrive de douter que votre chat soit vraiment heureux chez vous…
Et vous aimeriez avoir les clés pour le chouchouter.

Vous avez du mal à le comprendre…
Et vous aimeriez être sûr(e) de faire ce qu’il faut pour répondre à ses besoins.

Vous ressentez des moments de stress voire de panique…
Et vous voulez être rassuré(e) sur la manière dont vous vous occupez de lui.

Vous êtes déçu(e) / frustré(e) du comportement de votre nouveau chat…
Et vous souhaiteriez vivre les moments de joie et de complicité dont vous rêviez en l’adoptant.

Vous vous sentez impuissant(e) et coupable de ne pas faire les choses correctement pour le rendre heureux…
Et pourtant vous l’aimez tellement et voudriez qu’il vous aime aussi.

Venez faire un tour sur cette page !

2 réflexions au sujet de “Vivre avec un chat timide – bilan des 6 mois”

  1. Bonjour, je viens d’adopter un chat timide tout poilu nommé affectueusement Patapouf. Je suis quelqu’un de sensible de base et j’ignore comment faire pour avoir confiance. Il supporte depuis quelques jours ma présence dans la même pièce que lui mais reste toujours craintif et miaulant le soir. Que dois je faire svp ?

    1. Bonjour,
      Merci pour votre message.
      Déjà, sachez que c’est tout à fait normal, c’est long dans le cas d’un chat craintif et il faudra du temps afin que vous vous habituez mutuellement l’un à l’autre et qu’il vous fasse confiance. Mais gardez espoir, ça va venir !
      Est-ce que vous avez lu l’article sur les 10 commandements pour un chat craintif ? Je donne quelques conseils déjà qui devraient vous aider. N’hésitez pas également à m’envoyer un message directement par mail pour en discuter 😊

Laisser un commentaire