bilan chat craintif

Vivre avec un chat craintif – mon bilan

J’avais déjà écrit un article à l’occasion des 6 mois, qui parlait du début de notre cohabitation. N’hésitez pas à aller le lire pour vous rendre compte du chemin parcouru !

On parle souvent des chats craintifs et de la nécessité de leur donner une chance, même s’ils ne se mettent pas forcément en avant. J’ai moi-même fait le choix d’adopter un chat très timide. Un chat traumatisé par de mauvais traitements infligés par les humains. Un chat meurtri par une expérience qui l’a changé à jamais.
Mais ça, c’était il y a 4 ans. Et aujourd’hui, où on en est ? Voici le bilan de mon expérience avec un chat craintif ! Si vous vivez vous aussi cette situation, cela devrait vous aider.


Pour une relation épanouie et harmonieuse avec votre félin adoré

Et pour recevoir mes meilleurs conseils de spécialiste du chat


Le point de départ – des progrès lents mais constants

Au moment de ce premier article à 6 mois, j’apprivoisais mon chat timide, nous apprenions à nous connaître et à nous aimer. Les progrès ont été lents mais néanmoins constants. Des instants pleins de premières fois si précieuses :

  • Ses premiers ronronnements de bien-être au bout de 8 mois
  • Ses premiers câlins dans le lit le matin au réveil
  • Les premières fois où il a osé venir manger dans ma main
  • Où il m’a accueillie à la porte (de loin, à mi-chemin de l’escalier -on ne sait jamais, soyons prudent !)
  • Les moments de jeu avec Fauve

Bref, le bonheur de partager ma vie avec deux chats incroyables qui sont mon univers.

Dit comme ça, je sais que ça peut sembler idyllique. Et ça l’était. Mais c’est le joli côté de la médaille. Derrière ces instants presque magiques, se cache la réalité.

Dingaan n’a jamais été et ne sera jamais, un chat facile. Je ne pourrai jamais me comporter avec lui avec le même abandon que je peux avoir avec mes autres chats. Il faut toujours faire preuve de patience, de douceur, prêter attention à lui, aux signaux qu’il m’envoie.

Avec mon chat craintif, je sais aussi que ce n’est pas à moi d’initier les interactions. Jamais. Je peux lui proposer mais dans la grande majorité des cas, il refuse le contact. C’est toujours lui qui décide. Et vous savez quoi ? Pour moi tout va bien. Je l’ai accepté.

bilan chat craintif

Oui parfois c’est frustrant. Parfois j’aimerais lui dire qu’il peut avoir confiance en moi, que jamais je ne lui ferai de mal ni ne l’abandonnerai.

Mais je ne peux pas et ça aussi je dois l’accepter. Pour autant, je ne lui en veux jamais, je sais qu’il est comme ça. Et c’est comme ça que je l’aime même si l’humaine en moi est parfois triste et impatiente devant ce qu’on peut qualifier de régressions. Mais je me reprends vite 😉

Bilan avec mon chat craintif – chats VS humains, le choix est vite fait

Après cette brève période de paix et de tranquillité, je décide de réaliser un rêve, devenir famille d’accueil pour chatons. J’accueille donc deux petites protégées de deux mois, puis d’autres et ainsi de suite. Au total, ce sont plus d’une vingtaine de chatons que j’ai choyé pendant 8 mois de bénévolat.

Cette période a été hyperactive dans ma vie mais tellement enrichissante.

Une période que Dingaan a abordée d’une manière particulière. Souvent les chats timides ont deux types de réaction face aux autres chats. Soit ils en ont peur (souvenir de leur vie dehors), soit ils y sont très attachés et leur présence les rassure.

L’inconvénient de cette deuxième option est que la présence des autres chats leur suffit, ils ne cherchent plus à aller vers l’humain. Car ils n’en ont pas besoin. Après tout c’est logique, quand on a deux options et que l’une nous fait peur, si l’autre est disponible, c’est là-bas qu’on va aller.

Dingaan a donc totalement embrassé son nouveau rôle et est devenu le papa de substitution de mes chatons. Attendez, j’ai dit “le papa” ? Non, la maman bien sûr ! Il leur faisait leur toilette, il les câlinait à longueur de journée, il les surveillait quand je n’étais pas là et m’appelait s’il y avait un souci.

Téléchargez mon guide gratuit pour créer une chouette relation avec votre chat !

Bien sûr, ça n’a pas été immédiat, il a d’abord passé deux jours caché à ne pas descendre de la mezzanine mais une fois la période d’adaptation passée, il est tombé amoureux de son nouveau rôle.

Nos progrès sont donc devenus moins flagrants, nous avions atteint un palier dans notre cohabitation. Il était occupé, accaparé par les nouveaux habitants et j’avais beaucoup plus de travail, moins de temps à consacrer à mes chats (l’inconvénient d’être famille d’accueil, il faut le savoir).

Néanmoins, il se sentait à l’aise à la maison, il me tolérait jusqu’à un certain point et je pense sincèrement que cette période lui a été très bénéfique. Lui qui était terriblement inhibé et stressé au quotidien, là il était plus naturel et spontané du fait de ses contacts incessants avec les autres félins.

Bilan avec mon chat craintif – une période de calme

Début 2020, après des mois de rythme effréné entre travail et les chatons, j’avais besoin d’une pause. De ralentir le bénévolat pour me retrouver au calme, avec mes chats. Loin du chahut constant et de l’hypervigilance nécessaire quand on s’occupe de bébés chats.

Je m’occupais également de Placo, mon futur troisième chat. Un de mes derniers chatons, gravement malade durant des mois. Celui qui n’était pas prévu mais que je n’ai pas pu me résoudre à voir partir après avoir tellement lutté ensemble pour qu’il vive. Les derniers chatons sont partis et le calme est revenu. Très franchement, les chats s’y sont très bien faits et je pense que ça leur a fait du bien. Retrouver la paix, un espace vital qu’ils n’ont pas à partager avec une troupe remuante et retrouver leur maman plus dispo.

Une période qui a coïncidé avec le premier confinement, une période de calme et de sérénité pour eux. Maman à la maison toute la journée, des journées routinières et calmes. Durant cette période difficile psychologiquement pour moi (les humains n’ont pas les mêmes besoins que les chats), mes chats se sont réacclimatés à leur maison, ils ont repris leurs marques et ont créé de nouvelles habitudes de vie. Nous avons trouvé un équilibre et j’étais très reconnaissante de leur présence au quotidien quand la solitude, l’angoisse et l’enfermement étaient trop lourds à porter.

Pendant ces quelques mois, Dingaan dormait sur le lit toutes les nuits, venait réclamer son câlin tous les matins. Depuis son arrivée, il avait déjà vécu de nombreux changements. Mais malgré tout, une constante restait, sur laquelle il pouvait s’appuyer.

Il était toujours là.

Malgré les allées et venues, malgré l’effervescence, il était resté. Je ne l’avais pas abandonné. Et je pense que ça change tout pour le sentiment de sécurité d’un chat craintif. Se voir prouver, jour après jour, qu’il est là pour rester. Qu’il ne lui arrivera rien.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là, car un nouveau changement allait bientôt survenir.

Téléchargez mon guide gratuit pour créer une chouette relation avec votre chat !

Quand le futur papa chat débarque…

Eh oui, ma vie personnelle avait connu quelques bouleversements et j’allais bientôt présenter leur futur papa à mes trois chats. Un papa prévenu d’avance dans quoi il s’embarquait, tout va bien, il n’est pas allergique aux chats ;p

La première fois que papa chat est venu passer le week-end chez moi, ça n’a pas trop plu à Dingaan. D’ailleurs, toutes les fois où j’accueillais de futurs adoptants chez moi durant ma période famille d’accueil, personne ne l’a jamais vu. Il filait se cacher sous le lit au premier signe suspect et ne revenait qu’une fois les potentiels ennemis partis. L’avantage, c’est qu’il avait la mezzanine pour lui, je ne laissais personne monter, il savait qu’il était en sécurité.

Le souci, c’est que papa chat, lui, montait à l’étage, il circulait dans l’appartement.

Pour Dingaan, ça a été très compliqué car il ne savait plus du tout où se cacher. J’avais mis en place des astuces pour le tranquilliser mais les premiers jours ont été difficiles.

Avec moi, ça allait à peu près mais avec papa chat, il fallait du temps. Le temps de s’apprivoiser, d’apprendre à se connaître et que chacun se familiarise avec les signes de l’autre.

Nous avions instauré des rituels pour que les choses se passent au mieux et que Dingaan se sente mieux. Papa chat a été formidable et s’est totalement adapté à Dingaan. Car c’est dans ce sens-là que doivent toujours aller les choses.

Avec un chat timide, c’est à l’humain de s’adapter. Jamais l’inverse. Si vous attendez que votre chat change, vous pouvez arrêter de rêver. Un chat craintif a déjà tellement d’efforts à faire pour s’adapter à une routine bienveillante, à de nouvelles habitudes. Ne lui en demandez pas plus. Facilitez-lui la vie plutôt.

Moi aussi je me suis adaptée, j’ai accepté que Dingaan ne vienne plus sur le lit le matin, qu’il se montre plus méfiant en général, moins détendu. Au fur et à mesure des visites de papa chat, Dingaan le reconnaissait et le tolérait. Il était moins stressé, commençait à se laisser caresser de temps en temps, mangeait devant papa chat.

Comme avec moi au début mais d’une autre façon, dans un autre contexte. Tous nos efforts ont finalement porté leurs fruits et, après quelques mois de travail, papa chat était adopté !

Bilan avec un chat craintif – un déménagement et de nouvelles épreuves

Mais ce n’est pas tout car nous avons ensuite vécu un déménagement (expérience épique avec trois chats) et l’arrivée dans un nouvel appartement.

Ici, tout était nouveau, l’environnement était inconnu, gros bouleversement pour des chats. En particulier pour un chat très timide pour qui la réassurance que procure son milieu de vie est primordiale.

Mais Dingaan s’est adapté. Il n’était pas seul, ses copains chats étaient là, moi j’étais là et papa chat aussi. Finalement, il était très stressé de ce changement mais puisait le réconfort dans notre présence. Ici aussi, nous avons mis en place plein de choses pour l’aider au quotidien et pour tranquilliser nos chats au plus vite.

bilan chat craintif

Et une nouvelle période d’adaptation a commencé. Nous avons tous dû prendre nos marques, faire face aux aléas de la vie, faire de notre mieux. Peu de temps après notre arrivée dans cette nouvelle vie, j’ai dû affronter des problèmes de santé qui ont grandement accru mon anxiété. Etant hypersensible, je suis déjà prudente au quotidien de ne pas transmettre mes émotions à mes chats mais à cette période, je ne pouvais pas faire de miracles.

Dingaan est aussi hypersensible que moi et je remarque beaucoup qu’il calque son attitude à mes états émotionnels. Quand je suis stressée ou submergée, il a beaucoup plus de mal à venir vers moi. Il ressent le stress et ça le rend inquiet. Durant cette période, il a donc pris ses distances avec moi. Il a compensé comme il a pu et a fait des crises de boulimie pour pallier le stress, pour s’apporter un réconfort immédiat avec une activité qui lui procure du plaisir : manger.

D’où une prise de poids importante et des problèmes de santé engendrés par son stress. Il a vécu ma maladie en même temps que moi, d’une façon différente.

Il est très difficile d’accepter la culpabilité lorsqu’on constate à quel point nous pouvons influencer la santé physique et mentale de nos animaux. Parfois, nous faisons de notre mieux mais nous avons l’impression que ça ne suffit pas. Et pourtant, nous avons tort. Il faut continuer de faire des efforts, de faire de notre mieux et un jour ça s’arrange.

Un retour à la sérénité

Pour moi, ce jour a fini par arriver. Une fois remise, je me suis fait un devoir absolu de renouer le lien avec mes chats, de m’occuper d’eux comme ils avaient su s’occuper de moi. J’ai mis en place de nouvelles choses pour eux, avec eux.

J’ai enclenché un programme de remise en forme pour Dingaan, je reprends en main totalement leur alimentation. Et je prends du temps, chaque jour, pour passer du temps avec mes chats, pour leur accorder l’attention qu’ils méritent tellement.

Et, petit à petit, nous nous retrouvons.

J’adore être témoin de ces moments de joie, de spontanéité, de complicité avec mes félins. J’adore observer leur folie du matin, leurs habitudes, leurs mimiques. Tout ce qui fait d’eux ce qu’ils sont et qui les rend si uniques et si extraordinaires.

Chaque jour je suis reconnaissante de la chance que j’ai de partager ma vie avec eux. Ils sont si différents, ils sont si complémentaires.

Téléchargez mon guide gratuit pour créer une chouette relation avec votre chat !

Le bilan des 4 ans avec mon chat craintif

Alors, si vous vous posez la question, au bout de quatre ans, Dingaan ne vient toujours pas sur mes genoux. Il part encore en courant quand j’arrive un peu vite (même si je passe juste de l’autre côté de la pièce). Il se méfie toujours quand il se sent acculé et que je viens le voir. Il ne se frotte jamais quand je lui propose ma main.

Les séquelles des maltraitances passées sont encore bien vivaces.

Mais, à côté de ça, il miaule très souvent (pour discuter ou me demander quelque chose), il vient réclamer son câlin après ma séance de sport du matin, il me tourne autour et met des coups de tête sur mes jambes quand c’est l’heure de manger. Il fait sa vie aussi naturellement que possible et se cale à notre routine, à nos habitudes.

bilan chat craintif

Il sera toujours craintif. Il ne sera jamais un chat “parfait”. Mais est-ce que c’est important ? Est-ce que c’est ce qu’on recherche en adoptant un chat ?

Personnellement, de mon point de vue, ça n’a aucune importance. J’aime mon chat pour qui il est, je l’accepte et je ne voudrais pas qu’il soit différent. Pour moi, il est parfait parce qu’il est lui. Et ça me suffit.

Mon chat est heureux. Il se sent bien chez moi et continue de progresser chaque jour. Malgré les aléas, malgré les épreuves de la vie et cette incertitude qui est la seule certitude. Et c’est tout ce qui compte.

En conclusion…

Adopter un chat craintif, adopter un chat qui a un passé n’est pas chose facile. Car il faut faire avec. Le passé est souvent lourd à porter et peut influencer sa vie entière. Et la vôtre aussi depuis que vous avez pris la décision de l’adopter. Mais si vous avez fait ce choix, c’est que votre coeur a parlé et que vous l’avez écouté.

Ce geste magnifique, face à un chat qui n’attire pas tout le monde, est tout à votre honneur. Ce chat a de la chance de vous avoir et je sais que vous êtes aussi conscient de votre chance incroyable.

Ne vous découragez jamais. Il y a des tas de solutions, de choses à mettre en place pour aider un chat craintif à gagner en confiance. Rien n’est jamais perdu, faites-moi confiance, je sais de quoi je parle !

J’espère que ce bilan des 4 ans avec mon chat craintif vous a plu, n’hésitez pas à me dire dans les commentaires ce que vous en avez pensé !


Vous avez aimé cet article ? Epinglez-le sur Pinterest !


Besoin d’un coup de patte pour créer une chouette relation avec votre chat adoré ?

Inscrivez-vous pour plein de conseils et pour recevoir mon guide gratuit ! Mes meilleurs conseils d’experte, juste pour vous !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut